Wednesday, August 19, 2009

Post-mortem Mosport (par #242)

J'ai eu un excellent weekend à Mosport. La température était chaude et il n'y avait pas l'ombre d'un nuage, ce qui laissait toute la place à la course. Enfin, c'est ce que l'on croyait. Deux accidents graves sont survenus coup sur coup lors des premiers tours de la course d'endurance. Un blessé grave à la colonne vertébrale et une commotion cérébrale, ce qui a entraîné l'annulation de la course d'endurance. En plus de l'angoisse reliée aux accidents, la frustration de s'être déplacés toute une journée pour absolument rien et de s'être fait cuire sous un soleil de plomb avec nos cuirs était un peu décourageante.

Heureusement, le reste du weekend s'est bien déroulé. La journée de samedi voyait ma course de qualifications ainsi qu'une nouvelle formule de course de classe ouverte en Période 4 baptisée "Hares & Hounds". Ma qualif. a été "tranquille" et s'est soldée par une 15e position confortable et des chronos dans les 1.49. Le Hares & Hounds était toutefois beaucoup plus animé, tant par les retardataires autravers desquels je devais me faufiler, que par les pilotes plus rapides sur des machines plus puissantes qui sifflaient de chaque côté de moi en me dépassant. Tout demeurait tout de même respectueux, mais c'était quand même impressionnant. Agréable, mais stressant.

Dimanche matin, j'ai fait ma séance de pratique pour constater que mon embrayage était de plus en plus glissant. Sylvain et moi avons donc entrepris de la changer. Nous avons cassé une vis dans le basket de clutch, ce qui fait que les plaquettes ne tenaient que par 4 vis. Sylvain a commencé sa course et la clutch était pire que jamais, il est donc rentré aux puits après le premier tour. (Sylvain a fait son weekend sur ma moto puisque la sienne a eu des ennuis avec le moteur). J'ai donc réouvert la clutch (qui était brulante) et, sous les conseils d'un vieux coureur pro de l'AMA dans les années '60 (Len Fitch, un très chic type), j'ai extrait la vis cassée, revissé le tout et ajusté l'embrayage convenablement, ce qui a donné le résultat escompté cette fois-ci. Toutes ces émotions fortes (et l'abus de café et d'energy drinks) m'ont crinqué pour ma finale. J'ai eu un bon départ de la 15e position, mais j'ai tout de même perdu une place au profit de Gary Holden (le #401 jaune, qui a eu la voie ouverte à l'extérieur du virage 1 pendant que j'était coincé dans la masse de motos). J'ai fini par le repasser après l'avoir étudié pendant 2 tours, par l'extérieur dans le virage 2 (voir les photos ci-jointes qui montrent les fractions de secondes avant que j'exécute le dépassement).






Pendant ce temps, les autres coureurs avaient pris un peu d'avance. Je me suis donc attelé à reprendre le temps perdu en faisant de beaux tours propres pour gagner des secondes. J'ai réussis à faire un tour en 1.46.9, ce qui est presque 1.5 seconde de mieux que mon meilleur tour de pratique. Après avoir tricoté entre quelques retardataires (et passer proche d'en entuber un au freinage dans le virage #3 !), j'ai enfin rattrapé celui qui était en 14e position (Stephen Campbell, #12 sur le GP 125) et je l'ai dépassé au freinage, dans le virage #3, mais il était coriace. Il m'a suivi de près le restant de la course. Tellement près que lorsque j'ai regardé derrière moi dans le droit, au dernier tour, il était à quelques mètres derrière. J'ai donc louvoyé sur tout le back straight pour l'empècher d'utiliser mon aspiration pour me passer. Le moteur du FZR m'a fait plaisir et j'ai pu le distancer. J'ai vraiment torché dans les esses avant la ligne d'arrivée et le gars n'a rien pu faire pour me reprendre la position que je lui avait volé. Il a tout ça sur vidéo et j'espère en obtenir une copie bientôt.




J'ai beaucoup apprécié discuter avec Holden et Campbell après la course pour se raconter tout ce qui se passait dans notre tête lors de ces moments riches en émotions fortes. J'ai aussi beaucoup apprécié la reconnaissance du public qui nous remerciait en nous envoyant la main lors du tour de refroidissement et les officiels qui nous saluaient et que je remerciait en retour pour leur travail bénévole. On se sent heureux d'avoir survécu à une autre épreuve et c'est très bon pour le moral !

Je m'interroges toujours si je vais participer à l'épreuve finale du calendrier, le Runway Romp de North Bay en septembre. La distance (7 heures de route), les installations peu acceuillantes et la piste rustique en font un des évènements les moins attrayants pour moi. Comme je ne suis pas un candidat au championnat, il se peut que je reste tranquille jusqu'à l'année prochaine en ne me limitant qu'à un ou 2 trackdays...

No comments:

Post a Comment